Archive

Archive for the ‘Culture’ Category

Musique

« La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil. »
disait Friedrich Nietzsche

Exil. Ils partent de nulle part pour aller vers où, vers quoi. Mirage !

Exil. D’autres partent parce qu’ils ont une passion, une raison. Force !

Fatigue. Musicale, de répétition en répétition, de conservatoire en salles

de concerts. Exhibition !

Exil. Harly, partie de Kinshasa. Partie des En-Chanteurs, partie

enchanter d’autres lieux. Ailleurs !

Bonheur. Dans la tête, dans les notes, tête de do, ré, mi, fa, sol…

Tête de lie  notes. Vocalises !

Une autre voix ouvrant des portes, clé de sol ! Une autre voie

une autre vie, fa, si, la.. Solaire !

Exil. Afrique dans la voix, noire, chaude, envoûtante. Congo.

 

Belle et bonne journée. Bonnes lectures aussi.

Un livre, un jour, Brazzaville …

Allons, un livre, un jour étonnants voyageurs.

Sortons des sentiers battus. Allons au(x) livre(s). Allons prendre la Bibliothèque, puisque la Bastille a été prise. Allons à l’Afrique, allons aux livres chauds et sensuels, aux livres courageux. Allons aux livres aux odeurs de terres chaudes après les pluies Tropicales, vers les livres colorés comme des boubous et les pagnes. Allons au peuples divers, Mangbetu, Peuls, Bantus, Kuba… Allons écrire sur les murs la vie, la mort, la tragédie, la renaissance, la joie des peuples. Allons lire. Allons un jour, Allons un livre. Allons la vie. Allons de Kin à Brazza, et traversons le Fleuve, piquons vers Pointe Noire, prenons la mer, allons à Muanda, à Vita, Nsiamfumu. Dérivons vers tes rives, Mami-Wata… Tandis que la Kora nous accompagne, dans sa Mélopée aux accents nostalgiques. Afrique.

Brazza, ville d’écrivains et d’étonnants voyageurs…

A l’occasion du festival Etonnant Voyageurs, qui se tiendra du 13 au 18 février prochains, l’émission quotidienne Un Livre Un Jour consacrera une semaine spéciale dédiée aux auteurs et aux thèmes majeurs de cette édition 2013, qui se tiendra à Brazzaville et rassemblera un nombre conséquent d’écrivains francophones d’Afrique subsaharienne.

L’équipe d’Un Livre Un Jour sera présente et proposera ainsi de retransmettre l’actualité du festival, via le site web, la page facebook, et l’enregistrement de plusieurs émissions qui seront ensuite diffusées à l’antenne (France 3 et TV5 Monde).

Un peux d’histoire …

Créé à l’origine à Saint-Malo en 1990, le festival « Étonnants Voyageurs » s’exporte au Mali depuis l’an 2000. En quelques années, il devient l’un des premiers événements dédiés au livre francophone sur le continent africain, et un lieu d’affirmation pour toute une nouvelle générations d’auteurs.

Organisée pour la première fois au Congo en février 2013, cette édition du festival souhaite constituer une véritable vitrine de la littérature de tout un continent, en incluant les littératures anglophone et lusophone.

Comment suivre ? Avec les liens par dit … Facebook & Internet

Étonnant voyageur

Étonnant voyageur

Crédit photo : Un livre, un jour …

Un livre, un jour....

Un livre, un jour….

Crédit photo : FR3, Émission « Un livre, un jour » …

Un autre lien. La République des livres. http://larepubliquedeslivres.com/aragon-les-chutes-dune-oeuvre/ et un très bel article sur Louis Aragon.

Belle et Bonne journée, bonne lecture aussi.

Washiba & les En-Chanteurs, Michael Jackson revisité …

21 novembre 2011 1 commentaire

Washiba et les En-Chanteurs : Img Dany Masson

C’est devant un parterre de monde, une foule multicolore, d’âges différents et en délire que s’est produit le groupe Washiba  (avec les En-Chanteurs),  samedi dernier (19 novembre 11) , à L’institut Français, Halle de la Gombe. Un spectacle original et ambitieux, haut en couleurs, en émotions aussi. Michael Jackson revisité par les « Washiba » dans les différentes langues du pays. On a pu entendre des titres, comme « One day in your life », « We are the world » « Na bomoko tokolonga ». , « Earth Song », « The Lost Children » ou encore « Heal the World »,  en Gikongo, Swahili, Lingala, Tshiluba … Beat it sur un mutuashi endiablé, chacun, chacune se pressant pour aller communier sa joie sur la scène et dans la salle, par la danse avec le groupe. Ensemble on est plus fort !

Collaboration intelligente. Pour donner du corps aux harmonies, « la Chorale les En-Chanteurs », pour les danses et la chorégraphie, « les finalistes du concours de danse Vodacom », en guest stars pour le final, Jean Goublad, Fiston Mbuyi, Yannick Ntumba, Djabi, Noemi Ebonda, Ekila, Sarah Kalume, entre autres

Le Groupe « Washiba » (deux années et demi d’existence) fidèle à son univers musical, « Mutuashi R’n’B », donne à voir et surtout à entendre une redécouverte  partielle du répertoire du Roi de la Pop, auto proclamé. L’intention est annoncée d’entrée de jeux. « Nous avons un message de paix, dans cette période de débats électoraux, nous avons besoin de ce message de paix, Michael Jackson est une évidence pour nous… » c’est en quelque sorte l’intro du spectacle.

Avec Washiba la musique congolaise gagne en particularité et en diversité. Elle s’assure un bel avenir. Les particularités, sont les rythmes régionaux, le puits sans fonds de la musique dans les traditions du Congo, et du kasaï en particulier, en diversité, par l’importation de rythmes d’ailleurs, de sons différents, par le mélange des genres. A force de travail, (se sont des bosseurs) avec Washiba la communauté des musiciens apparait comme une évidence universelle.

S’accepter selon les différences. La paix au centre de la scène, dans la salle entière, au centre du spectacle. Moise Ilunga un des leaders du groupe scotch littéralement l’assemblée par sa verve, sa présence et ses « mots » … « tant qu’il y aura des peuples dans le pays, il y aura des différences d’opinions… il y aura diversité entre nous…  les hommes sont en train de s’entredéchirer… ensemble nous sommes plus forts, mettons l’accent sur ce qui nous rassemble.  Gouverner, c’est maintenir le balance de la justice ». Et la musique reprend le dessus  avec « Eart song », avec Washiba çà devient ceci …  « tolembi kotanga batu bakufi na bitumba. Tosengi kimia na Congo,… Nzambe tozo kende wapi ? » ; « On en a marre de compter les morts de guerre au Congo. Nous ne demandons que la paix,… Bon Dieu où allons-nous ? ».

Un très beau spectacle qui gagne à être vu et écouté. Faites du bruit, on en reparlera.

Bonne et belle journée, bonne lecture aussi.

Ciao Coluche

Coluche à Montrouge, sa salopette, une légende, un symbo

Il y a 25 années que le comique s’en est allé. Un camion en travers de sa route. Le motard tombe et avec lui une partie de nous.

La voix des sans voix en quelques sortes. Ses sketchs sont a eux seuls la pensée profonde de ceux qui vont le voir ou l’écouter. Coluche parle tout haut de ce que la masse pense tout bas. C’est la désinhibition des petits.

Aucun tabous. De la grossièreté. Le parlé plat. Il a ses détracteurs comme ses FANS inconditionnels.

Coluche fait partie de cette génération de jeunes qui à époque veulent faire partie du débat. Daniel Balavoine, Coluche …

C’est l’époque aussi du changement et de l’espoir. Les barricades de mai 68 sont tombées mais les langues restent libérées pour plus de liberté mais surtout d’égalité.

Les Restos du Coeur au delà de son oeuvre artistique, nous laisse une approche de l’homme plus profonde. Un homme cultivé, féru d’histoire, homme de son temps et qu’il griffe, homme du futur, prévoyant de lendemains qui déchantent.

Coluche est aussi un homme. Il a sa vie. Une chose étrange, mais est ce peut être le fait que le médias sont en idolâtrie seulement ?

Tout le monde s’entend pour dire que l’après 1981, son passage en politique, est le début d’un Coluche plus abattu, taciturne même. Personne ne parle de sa vie croisée avec ses amis, sa famille, ses hauts et ses bats. En 1982, son ami Patrick Dewaere, oui le grand Patrick, ( je suis un Fan inconditionnel) se suicide. A ce moment Coluche est avec l’ex amie (femme) de Patrick Dewaere et avec sa fille aussi.

Si nous avons perdu un ami un jour, sur une route de France, il avait perdu depuis quelques temps son meilleur ami.

Les Clowns ont aussi leur vie, et derrière le nez rouge, se cache souvent un coeur Grand comme çà, plein de vie mais écorche aussi. Un cœur d’ homme.

Bonne journée et Bonnes lectures.

Catégories :Culture